Gérer ses émotions et son ressenti en course (1/2)

PARTIE I

Lorsque l'on prépare une grande échéance, ou un objectif majeur en compétition, la fraîcheur physique, si possible avec de bonnes sensations, est un facteur important pour parvenir au but fixé . Seulement, et on n'y échappe pas, il y a un moment donné où le physique décline. C'est alors que le coureur n'a d'autre choix que de faire appel à ses ressources mentales. 

Il existe certains principes liés à cet état de fraîcheur :

- La récupération comme aspect physique, pour assimiler au mieux les entraînements et arriver en forme le jour J ;

- La régénération, comme processus général directement lié au mental. 




La notion de fatigue mentale dans l'entraînement est donc nécessaire et il semble intéressant de veiller, à l'approche de l'événement, à garder l'envie intacte. Cependant ces ressources mentales sont loin d'être travaillées à l'entraînement et la dose de confiance emmagasinée peut donc faire défaut d'autant plus qu'elle est fortement liée au  niveau de fraîcheur et à la gestion de sa fatigue physique.

Le maître mot semble donc être la gestion mentale qui se résume à pouvoir gérer ses pensées et ses émotions.


Le subtil équilibre "Pensées – émotions" pour un meilleur « état d’être »

Notre cerveau joue un rôle majeur, que ce soit pour nos sentiments, nos actes et notre comportement vis-à-vis des autres et de nous-même. Il est ainsi l'organe principal de notre personnalité et il induit bon nombres de nos décisions. Si notre cerveau fonctionne mal alors notre quotidien peut devenir difficile à vivre et c'est pourquoi il peut être utile d'en avoir conscience et de le travailler. Cela dit, et à ce stade il est aussi normal d'hésiter à se dire que notre mental puisse exercer des effets réels et mesurables, car bien souvent nous fonctionnons de manière pragmatique et cartésienne, et surtout de manière automatique et inconsciente.

En effet, tous nos gestes du quotidien, nos décisions, nos paroles se font de manière inconsciente - et ce pratiquement à 90% - sans que nous puissions nous en rendre compte. C'est pourquoi si l'on continue à entretenir les mêmes pensées et les mêmes sentiments familiers il est probable que l'on retrouve sans cesse la même réalité.

Concrètement, et en tant que coureur, cela se résume à continuer à penser que notre entraînement n'est pas à remettre en cause parce qu'il est donné par un coach, ou bien qu'il a déjà fonctionné auparavant. Nos souvenirs familiers nous incitent à reproduire les mêmes expériences. Mais si des problèmes surgissent (conscients ou inconscients) il est probable que nous puissions revivre la même situation difficile (période de grande fatigue et de doutes, abandons, blessures...).. 

Il est donc important à ce stade de pouvoir prendre du recul et de se poser certaines questions essentielles sur sa pratique dans la gestion de son entraînement. Bien souvent on espère que quelque chose de nouveau apparaisse alors que l'on entretient chaque jour les mêmes pensées et que l'on s'entraîne toujours de la même façon. Au-delà de se poser la question du pourquoi c'est surtout comment y remédier ?

Pour cela nous devons changer notre manière de penser, d'agir et de ressentir les choses, en modifiant notre "état d'être" et devenir en quelque sorte un nouveau coureur.


Modifier la boucle de nos pensées et de nos sentiments 

Lorsque nous entretenons des pensées positives, de joie de plénitude, nous produisons des substances chimiques qui nous rendent joyeux et sereins. Par contre, il en est de même si nous entretenons des pensées anxieuses ou d'impatience. Il existe une synchronisation entre le cerveau et le corps. Et le cerveau vérifie en permanence ce que le corps ressent. Si nous lui envoyons donc en permanence des pensées négatives le corps va réagir certainement avec des degrés de douleurs plus prononcés, ce qui peut provoquer une boucle d'ondes progressivement négative. 

Comme l'évoque Joe Dispenza dans son ouvrage "Rompre avec soi-même" : "si nous pouvons maîtriser la souffrance, nous pouvons tout aussi facilement maîtriser la joie". Il existe donc un cycle de la pensée et de l'émotion qu'il faut entretenir positivement. En effet le cerveau fabrique des substances chimiques qui font en sorte que nous ressentons exactement ce que nous pensons, et provoque un "état d'être".


Prendre de nouvelles habitudes 

En tant que coureur nous pouvons désirer être heureux, en bonne santé et libre mais en fait notre expérience au quotidien peut aussi être construite sur des contraintes, des souffrances et des maux divers (blessures, lassitude). Il peut être donc nécessaire de se débarrasser de certaines croyances, car la plus grande habitude vient de nous-même.

Par exemple :

 - A t-on adopté un mode de vie plus sain par une meilleure alimentation ? 

- Notre entraînement est-il bien adapté aux contraintes de notre emploi du temps (se forcer d'aller courir sur la pause déjeuner par exemple ou alors après une journée de travail harassante) ?

- Est-on en adéquation entre l'image que nous voulons offrir aux autres et nous-mêmes ?

Il est essentiel de devenir qui nous sommes réellement en tant que coureurs, le vrai soi, et non de se dissimuler derrière une image que nous projetons. Notamment le fait de dire que l'on doit toujours se faire plaisir en course, alors que c'est en général faux, car il faut aussi passer par des moments difficiles pour apprécier les meilleurs moments ; sinon nous devons augmenter en permanence la dose pour se sentir bien.

Il peut alors en résulter une recherche effrénée du plaisir et donc les moyens d'éviter la souffrance à tout prix, ce qui n'est pas possible dans notre activité. Ces stratégies d'évitement peuvent aussi devenir progressivement des dépendances : je vais m'entraîner plus pour trouver davantage de plaisir. Si je cours suffisamment je vais réussir à faire disparaître certains sentiments comme l'ennui, ou celui de ne pas être à la hauteur, voire la peur de grossir ou de ne pas être aimé.

Bref l'entraînement produit aussi un changement chimique intérieur et même si je me sens bien sur le moment, il peut aussi se produire un trop plein d'énergie mentale qui peut nous faire sombrer dans une grande lassitude, voire un burn out dans lequel il peut être difficile d'en sortir.




 eric