Les étirements, utiles ou non ?

Bien qu’ayant initialement pour objectif principal l’augmentation de l’amplitude articulaire, les étirements se sont vus progressivement attribuer des vertus quasi universelles allant de leur rôle primordial pour l’échauffement à la prévention des accidents et à la récupération. 

Selon Gilles Cometti, "s’il a été conclu que les étirements, réalisés avant l’effort, étaient le plus souvent sans effet voire néfastes à la performance, les résultats concernant leur utilisation dans la récupération divergent". En effet, les tensions importantes imposées par les étirements sont à l’origine de microtraumatismes additionnels au niveau de la structure intime du muscle. Réaliser des étirements suite à un effort risque donc de rajouter des perturbations musculaires. 

Pas mal d’études scientifiques le confirment : on ne peut pas vraiment affirmer que les étirements soient définitivement bons ou néfastes pour la pratique du Trail. La réponse est à vérifier par le coureur sur le terrain. Néanmoins, au vu des contraintes imposées par la pratique dans des sentiers très escarpés et techniques, il nous semble judicieux de proposer une série d’étirements à faire régulièrement en fin de séance pour que la raideur des muscles soit inférieure au seuil d’apparition des blessures musculaires. Ce qui nous intéresse en priorité est donc le principe d’étirement après la séance d’entraînement, celui qui va vous permettre de retrouver une certaine mobilité mais aussi une oxygénation du muscle (et donc une meilleure récupération). À condition bien sûr de ne pas être trop tétanisé par une séance difficile ou une compétition, au risque inverse de ne pas pouvoir se relâcher (notion de réflexe myotatique).



 ERIC